Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'A.T.F.S.
  • Le blog de l'A.T.F.S.
  • : Le site web de l'association de thérapie familiale systémique - Caen (14)
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 16:24

La loi pénitentiaire de Christiane Taubira en 2014, intitulée "loi relative à l'individualisation des peines et renforçant l'efficacité des sanctions pénales" a apporté des innovations extrêmement importantes, en particulier la"contrainte pénale", la "libération sous contrainte" et "la justice restaurative". Innovations tout à fait révolutionnaires dans un système judiciaire essentiellement répressif. C'est sans doute la raison pour laquelle on n'en parle pas ou très peu et qu'on a beaucoup de mal à mettre en application des mesures qui pourtant sont connues à l'étranger pour diminuer les taux de récidive en même temps que la surpopulation carcérale !

La page 71 de ce blog présente et analyse ces nouvelles façons d'exercer la justice sous le titre "Justice restaurative v/s justice rétributive"

Published by suardatfs
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 15:54

Pourquoi parle-t-on de "crimes pédophiles", alors que la racine Philia, en grec, désigne une relation d'amitié dénuée de tout caractère sexuel ? 

Nous avons déjà évoqué sur ce blog le changement de sens que nos députés ont voté en introduisant le mot inceste dans le code pénal avec une définition plus étendue que par le passé.

Dérives, abus, ou évolutions inévitables ? Nous présentons une analyse de ces transformations dans l'article n° 70 sous le titre : LE SENS DES MOTS. PÉDOPHILIE, ABUS SEXUEL, INCESTE.

Published by suardatfs
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 15:14

Nous avons déjà publié sur ce blog plusieurs articles critiquant l'introduction du mot "inceste" dans le code pénal. Tout d'abord en 2010, lors de la proposition de loi de Mme FORT (n°4 : l'inceste et la loi), puis, en 2011, après le vote de cette loi, lors de son rejet par le Conseil Constitutionnel (N° 26 et 27 : Pénalisation de l'inceste. N° 28 : La loi sur l'inceste censurée par le conseil constitutionnel. N° 29 : Inceste et Code pénal... et Kafka).

L'an dernier, l'article n° 60 : "Non au mot inceste dans le code pénal" critiquait le nouveau projet de loi déposé en 2015.

Cette année, l'inceste est à nouveau entré dans le Code pénal. Nous "récidivons" aujourd'hui en évoquant une situation qui illustre les aberrations de cette nouvelle loi, loi qui donne sans doute satisfaction aux associations qui font pression depuis de nombreuses années sur nos députés pour voir inscrit le mot inceste dans le code, mais loi qui a la particularité être moins sévère que le texte antérieur !

À lire à la page 69 sous le titre : "Vous avez dit : inceste ?..."

Lire aussi sur le blog "paroles de juge" de Michel Huyette (www.huyette.net) un article du 10 mars 2016 intitulé "l'inceste et le code pénal (suite)".

Published by suardatfs
commenter cet article
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 20:07

Dans l'article intitulé "A propos d'inceste, quelques dégâts du psychologiquement correct", paru à la page 66 de ce blog, la conclusion évoquait la nécessité de donner la parole à des "auteurs d'abus qui ne sont en rien des monstres".

Nous avons déjà publié il y a 3 ans le parcours de vie de Lucien, page 45 du blog "Maryline, Lucien et leurs enfants", et, plus récemment, en novembre 2014, celui de Thibault F : "Inceste - Histoire vraie" pages 57-1 et 57-2.

Michel C. présente maintenant son histoire de vie et les abus commis, dans l'article n° 68 : "Témoignage de Michel C., auteur d'inceste".

Vos commentaires seront les bienvenus.

D'autres récits paraîtront ultérieurement, émanant d'auteurs d'abus, mais aussi de victimes.

Published by suardatfs
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 17:45

L'École des Parents et des Éducateurs de l'Orne (www.epeorne.fr) organise chaque année une journée d'études sur un thème qui s'adresse aux parents aussi bien qu'aux professionnels.

Cette année, leur 21ème journée d'études était consacrée aux liens entre les familles et les institutions sanitaires et médico-sociales. Les interventions ont porté sur les transformations contemporaines de la famille, sur les remous actuels dans la parentalité. Et aussi, d'une part sur les projections des familles sur les institutions, et d'autre part sur les projections des institutions sur les familles. C'est ce dernier thème que l'E.P.E. m'a demandé d'aborder, en même temps que mon expérience de thérapeute familial intervenant dans des institutions.

Le texte de cette communication est à lire p.67 de ce blog, sous le titre : Familles et Institutions. Un thérapeute familial en institution.

Michel Suard

Published by suardatfs
commenter cet article
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 11:03

Christiane Taubira, alors Garde des Sceaux, a fait voter le 15 août 2014 une loi judiciaire qui vise à améliorer l’individualisation des peines.


Face à cela, on voit fleurir dans l’opinion publique, dans les médias, et chez les professionnels, des jugements, des sentences, à propos de crimes et de délits sexuels intrafamiliaux (qu’on a coutume d’appeler inceste) qui sont des généralisations abusives. Car chaque situation est en effet particulière et mérite autre chose qu’une appréciation le plus souvent basée sur l’émotionnel et non sur une analyse objective.

Début d’une réflexion sur cette question à lire sur ce blog au n° 66 sous le titre : À propos d’inceste, quelques dégâts du « psychologiquement correct ».

Published by suardatfs
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 14:14

J’ai évoqué dans le dernier article paru sur ce blog « Secret des soins, soins du secret » la question de la vérité contenue ou non dans la parole de la personne condamnée pour des abus intrafamiliaux.

J’ai par ailleurs assisté le 3 mars à Paris à une journée de l’AFTVS (Association Française de Thérapie des Violences Sexuelles) sur la parole de l’enfant : « La vérité sort-elle toujours de la bouche de l’enfant ? ». Les experts intervenant dans cette journée ont pratiquement tous dit que l’enfant dit sa vérité, qui n’est pas nécessairement la vérité. Certains d’entre eux semblaient toutefois considérer qu’ils étaient les seuls à pouvoir entendre efficacement les enfants. Pourtant il arrive que dans un procès les avis des différents experts ne soient pas concordants…. Et que donc, même des experts peuvent se tromper !

Tout récemment, les 24 et 25 mars, se tenaient à Nantes les journées de l’ARTAAS (Association pour la recherche et le Traitement des Auteurs d’Agressions Sexuelles) où l’une des intervenantes, dans un exposé intitulé « histoires et faux souvenirs », a présenté des expériences de psychologie cognitive qui démontrent comment il est possible de créer chez autrui de faux souvenirs, comment les souvenirs sont souvent erronés et comment il est impossible de savoir si des souvenirs évoqués sont réels ou bien des déformations de la réalité voire des constructions sans lien avec la réalité.

Ces différents événements m’ont donné l’envie de faire part de mon expérience sur ce questionnement autour de la réalité des propos tenus par des enfants (tout en sachant que la question se pose de la même façon pour les adultes) lors de missions d’expertise judiciaire, sollicitées par des juges des enfants et des juges aux affaires familiales.

C’est à lire dans l’article n° 65 : La parole de l’enfant dans les procédures judiciaires. Expériences d’expertises judiciaires systémiques.

Michel Suard

ATFS Caen

Published by suardatfs
commenter cet article
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 15:51

La Justice impose des soins aux personnes condamnées pour des actes de violence. Beaucoup de professionnels du soin ont l'habitude de considérer qu'il y a une incompatibilité entre soin et obligation, et que le secret professionnel du soignant rend impossible la communication avec la Justice. Michel Suard est un psychologue qui travaille depuis 50 ans en lien avec des juges. Sa position sur cette question est plus nuancée. Il a été chargé d'une communication sur sa pratique dans un colloque sur les relations entre la justice et le soin. C'est à lire sur ce blog, au n° 64 sous le titre : SECRET DE SOINS, SOINS DU SECRET.

Published by suardatfs
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 17:31

De plus en plus de personnes qui ont vécu des relations sexuelles incestueuses éprouvent le besoin d'écrire leur histoire. La fonction thérapeutique, libératrice, de cet exercice d'écriture de traumatismes destructeurs, est évidente et ne peut être qu'encouragée. Pourtant la multiplication de ces témoignages pose un certain nombre de questions que Michel Suard tente d'analyser dans l'article n° 63 de ce blog sous le titre "À propos de récits d'inceste vécu". Les 4 millions de victimes d'inceste annoncées par un sondage récent commandé par l'Association Internationale des Victimes d'Inceste ne peuvent en effet ressembler toutes au portait univoque présenté dans la quarantaine de témoignages publiés par des éditeurs français, surtout depuis le début de ce siècle. Et parmi ces témoignages de "personnes qui ont vécu l'inceste" (terme préférable à "victimes d'inceste"), certaines paraissent encore enfermées dans ce statut, malgré le travail d'écriture : les "survivantes", alors que d'autres rayonnent de vie : les "vivantes".

Published by suardatfs
commenter cet article
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 16:11

« …La délinquance n’est pas un état permanent. On y rentre puis on en sort, un jour. Il existe bien une vie après la peine…

…On constate chez presque tous les détenus, dans leur vie quotidienne d’après-prison, un trait commun que l’on pourrait presque laisser de côté comme un dégât collatéral et inévitable : la présence de séquelles psychiques de l’enfermement. Ces séquelles sont nombreuses et propres à chacun, d’intensité différente et pouvant prendre des formes surprenantes. Ne pas pouvoir franchir une porte, dormir chaque nuit dans un recoin du lit, répéter inlassablement les habitudes de l’encellulement, sentir monter en soi des réflexes de méfiance et de violence nés en prison… De façon plus générale, beaucoup expriment une perte de la confiance et une dégradation de l’estime de soi. Tous ces symptômes sont inquiétants car ils traduisent un effet profond de la prison qui contredit l’un des objectifs affichés : la réinsertion. Or, l’emprisonnement tel qu’il est vécu par les détenus semble un désapprentissage progressif des relations humaines ordinaires, alors qu’il devrait aboutir à forger un individu lieux armé pour affronter les difficultés de la vie. Comme s’il fallait, une fois libéré, commencer par réparer ce que la prison a cassé avant de construire une autre vie…

…À nous de regarder ces hommes et ces femmes, non pas comme des exilés de l’intérieur mais comme des citoyens qui, après avoir purgé leur peine, regagnent la vie ».

Extraits de « La vie après la peine » Grasset 2014, dernier livre de Serge PORTELLI, magistrat, qui viendra à CAEN lundi prochain 30 novembre, à 20 heures 30, Amphi Tocqueville à l’Université – campus 1, pour parler de l’exécution des peines après la sortie de prison, dans le cadre du séminaire organisé par l’association Démosthène (www.demosthene.asso.fr).

Venez nombreux.

M. Suard

Published by suardatfs - dans Justice
commenter cet article